Les traitements de l'incontinence

Les orientations de traitements de l'incontinence

Les traitements de l’incontinence urinaire sont très variés en fonction de l’importance de l’incontinence de l’âge de la personne, de ses antécédents chirurgicaux et avant tout de son type d’incontinence.

Beaucoup de formes d’incontinence sont tout d’abord parfaitement curable. L’intervention chirurgicale n’est envisagée que lorsque les autres solutions ont fait défaut. Certaines formes d’incontinence sont également simplement passagères comme chez la femme suite à un accouchement ou alors suite à une opération. Dans ces cas-là, une rééducation périnéale ou des exercices musculaires du plancher pelvien sont nécessaires mais à priori suffisant.

D’autres formes d’incontinence nécessitent une thérapie médicamenteuse pour être traité.

Pour chacun des types d’incontinences, nous parlerons des thérapies les plus répandues. Les thérapies seront envisagées en fonction du degré d’avancement de chaque incontinence.

Il existe globalement 3 approches thérapeutiques de l’incontinence :

  • La thérapie par rééducation musculaire
  • La thérapie médicamenteuse
  • La thérapie chirurgicale

Ses 3 formes thérapeutiques se séparent en deux pour traiter deux causes physiologiques générales qui génèrent le problème de l’incontinence urinaire. Les causes musculaires liées au système urinaire et les causes neurologiques qui ne trouvent pas leurs origines dans une défaillance du système urinaire mais dans le système nerveux.

Les causes neurologiques de l'incontinence

Cette première forme regroupe toute les formes d’incontinences qui impliquent une défaillance du système nerveux et ainsi empêche la bonne conduction des flux d’informations entre le cerveau et le système urinaire aussi bien chez l’homme que la femme.

Les causes neurologiques de l'incontinence se retrouvent dans l’incontinence par regorgement et l’incontinence par urgenturie. Dans ces 2 formes d’incontinence, des maladies neurologiques peuvent être à l’origine de l’incontinence.

Dans ces cas-là, c’est une approche médicamenteuse ou chirurgicale qui sera envisagée par votre médecin traitant. En effet, la rééducation périnéale n’aura pas d’impact dans le cadre de la guérison de ce type d’incontinence.

Les causes musculaires de l’incontinence

La deuxième forme de cause physiologique de l’incontinence est celle qui regroupe les causes de l’incontinence liées à un problème du système urinaire lui-même. Dans ce cas et la plupart des fois, ce sont les muscles du plancher pelvien qui sont distendu suite à différentes raisons parfois tout à fait naturelle comme par exemple suite à un accouchement.

Cette seconde cause, regroupe l’incontinence d’effort, l’incontinence par urgenturie et l’incontinence mixte.

Ce sont dans ces 2 cas que La thérapie par rééducation musculaire peut être proposée par votre médecin traitant ou plus particulièrement par votre physiothérapeute.

La thérapie par rééducation pelvi-périnéale

rééducation périnéale incontinence

La rééducation périnéale soulage et traite
les causes les plus répandues de l'incontinence.

La thérapie par rééducation périnéale est une très bonne prévention de toute symptômes d'incontinence de la femme, aussi bien pour une période pré-natale qu'à l'approche de la ménopause. De nombreuses situations peuvent mener à une incontinence liée à une faiblesse des muscles du périnée.

Parmi les exercices possibles de la rééducation périnéale vous trouverez plusieurs types d'exercices avec des niveaux de complexité différents.

Les cônes vaginaux sont tout d'abord la méthode la plus simple de rééducation car cette méthode consiste à introduire au fond du vagin des mini poids de formes adaptées afin de remuscler le plancher pelvien. Cette premiere méthode est donc assez facile d'utilisation et très rependue.

Les exercices de Kegel sont des exercices à bases de pilate, étudiés spécialement pour la rééducation pelvienne dans le cadre de l'incontinence urinaire. Ces exercices sont d'un niveau un peu plus complexe mais pas forcement plus. Ils se pratiquent au sol et procurent un certain bien être générale en fin de séance. Ils peuvent se pratiquer en sale, cela permet donc également de s'occuper de soit tout en pratiquant une activité collective en compagnie de nos amies.

Le biofeedback est un exercice plus complexe à utilisé car il nécessite le contrôle et l'apprehension de nos organes internes. Ce sont des exercices à bases de contractions musculaires répétées et sont également très efficaces. Mais le contrôle de cette méthodes n'est pas forcement évidente pour tous.

L’électrostimulation périnéale est également assez simple à utiliser car elle utilise un appareil à micro-impulsions électriques telles qu'on utilise également pour renforcer les abdominaux. Cette méthode est peut être la moins efficace car le muscle pelvien étant un muscle interne recouvert de plusieurs couches diverses, les impulsions électriques ne sont donc pas forcement bien dirigées et le muscle n'est donc pas forcement bien solicité.

Notons toutefois que chacune de ses méthodes en plus d'être rééducatives peuvent également être utilisées de façon préventives.

La thérapie médicamenteuse

Les médicaments sont très utilisés dans la thérapie de l'incontinence, notamment en rapport avec des formes d'incontinence qui ont leur origine dans des pathologies neurologiques comme l'incontinence d'effort.

La classe des anticholinergiques est notamment la classe de médicaments utilisé dans le cadre du traitement médicamenteux de l'incontinence.

La thérapie chirurgicale

La bandelette urétrale est la thérapie chirurgicale de l'incontinence d'effort. se resistance, sa durabilité et son efficacité ont fait leurs preuves depuis 1996.

La thérapie est celle qui est évoquée apres avoir étudier toute les autres possibilités. Toutefois, cela ne veut pas dire que ce soit le traitement du dernier espoir, beaucoup de formes d'incontinence se traitent efficacement par le biais de la chirurgie.